25 juin 2017

Dans Bifrost (1)

« Ce roman, qui procure de nombreux passages émouvants mais aussi quelques scènes spectaculaires, se lit sans déplaisir et perpétue une tradition de SF d’aventures intelligente chère à l’éditeur [Ad Astra]. »

Dans Bifrost (2)

Toujours dans le n°86, une critique catastrophique [euphémisme] du Géante Rouge n°24 signée Thomas Day, qui [au moins] épargne [un peu] ma nouvelle CJ, Myself & I et mon interview :
« On sauvera l’interview de Martin “je suis vivant et le Cafard Cosmique est mort” Lessard [oui oui, c’est moi] et sa nouvelle (sympa, sans plus)... » Sympa, c’est déjà ça. 😊